Newsletter du 28 mai 2014


newsb

Mai 2014 : Alerte de la Direction Générale de la santé concernant des cas de bilharziose après baignade dans une rivière  du sud de la Corse, à partir de l’été 2011.

Ce parasite a été mis en évidence au niveau urogénital chez des personnes n’ayant pas séjourné dans les zones tropicales qui sont habituellement incriminées, et il est probable qu’elles aient été  contaminées dans la rivière Cavu. Le Haut Conseil de la Santé publique et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) ont été saisis afin d’élaborer les recommandations utiles pour le dépistage. D’ores et déjà la présence de sang dans les urines, même à l’état microscopique, chez les personnes qui se seraient baignées dans ce secteur doit faire évoquer le diagnostic.

Pour en savoir plus :

https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgs-urgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=559&cmd=visualiserMessage

http://www.sante.gouv.fr/bilharziose.html

 

La substitution d’un médicament par un générique
Ce 22 mai, l’IPSOS a rendu publique l’enquête qu’elle a réalisée pour le GIPHAR (groupement de pharmaciens). Sur 1 000 Français interrogés sur le générique, 60 % acceptent « volontiers » de le prendre, 20 % le prennent  « avec une certaine réticence » et 12 % disent que « cela dépend du médicament« , tandis que 8 % déclarent le refuser.

D’un autre côté le Figaro a relaté l’annonce qu’aurait faite le 16 mai, le directeur de l’Assurance-maladie, Frédéric Van Roekeghem,  devant des représentants des pharmaciens : la CNAM compterait « punir en fin d’année les praticiens qui abusent de la mention «non substituable»« .

 

Dr F Dussauze

92145629

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>